24 rue Antoine Julien Henard - Paris 12ème

Evènements au Club

Les petites histoires du Club BC12 - 3

ATOUT OU SANS ATOUT ?

Une troizième histoire de Jacques PLANTE pour ce  printemps 2019

Découvrez les bonnes histoires de Jacques PLANTE en cliquant sur Lire la Suite

 

 

 

 

 

3ème histoire de Jacques PLANTE                        ATOUT OU SANS ATOUT?

C'était le dernier jeudi du mois, jour auquel le Club des Douze Apôtres (1) s'adonnait aux délices de " La casa del buon Gesu", chacun apportant, qui à manger, qui à boire, à déguster ensemble après le tournoi.

Ce jour là, deux donnes du tournoi restèrent dans l'esprit des participants :

Donne 5 : N/NS

 

 

 

 Inconnu 1

♠  10 6 4

♥  D 52 

♦ R D V 7

♣ 6 5 4

 

 Partenaire ADL

7

A R 8 6 3

8 5 2

R 9 8 7

 

 

 

N

 

O

 

E

 

S

 

 

ADL

V 9 2

10 7

10 9 6 4 3

D 3 2

 

 

ACC

A R D 8 5 3

V 9 4

A

A V 10

 

 

 

 

 

A toutes les tables les enchères furent simples et rapides : Nord et Est passèrent, Sud, après avoir ouvert de 2T, annonça 2P sur la réponse 2K faite par Nord, qui le soutint à 4P , contrat final.

Ouest entama de l'as de cœur, continua du roi, puis joua le 3 de cœur pour la dame du mort , coupée par Est qui repartit du 2 de trèfle que Sud prit de l'as. Sud tira as et roi de pique, débloqua l'as de carreau et remonta au mort par le 10 de pique. Sur roi et dame de carreau, Il défaussa deux trèfles perdants de sa main. Il ne lui restait plus que des atouts. Dix levées et le contrat réalisé.

Alors, ce fut donc une moyenne générale?

(1) Voir l'annexe pour les détails

Pas vraiment, car à la table où l'Apôtre dans la Lune (ADL) opérait en Est, les choses prirent une tournure différente. Certes les enchères et le début du coup furent identiques, mais LF ne coupa pas le 3ème tour de cœur (il défaussa un petit carreau), laissant faire la dame de cœur du mort. Sud joua carreau pour son as, tira as et roi de pique, mais les atouts étant répartis 3-1, il ne put remonter au mort. Il fut donc obligé de jouer trèfle de sa main perdant deux levées dans cette couleur. Une de chute!

Comment ADL avait-il pu opérer une défense aussi inspirée? C'était incroyable et le déclarant (ACC) lui posa la question, alors qu'ADL était en train de se demander pourquoi Sud inscrivait une de chute alors qu'il venait de faire neuf levées et de gagner 3SA!

Il fallut alors détromper ADL qui n'avait pas coupé le 3ème tour de cœur car, étant comme toujours dans la lune, il était persuadé que le contrat était à SA....Il faut dire que, pensant subitement aux bonnes friandises qu'il grignoterait après le tournoi, il avait complètement oublié la nature du contrat demandé!

En outre, Il présenta ses excuses à son partenaire pour son inattention qui avait certainement coûté une levée à son camp! Nord-Sud furent soulagés de le voir quitter la table lorsque l'arbitre donna le signal du changement de position.

Donne 19 : S/EO

                                                                                         Inconnu 2

   
 

7 5

6 5 4

9 6 2

R D 10 5 3

 

 

ADL (2)

A D 8 6 2

8 2

R 7 4 3

A 4

 

 

 

N

 

O

 

E

 

S

 

 

Parten ADL

10 4 3

10 9 7 3

V 10 8

V 9 7

 

 

ATL

R V 9

A R D V

A D 5

8 6 2

 

 

 

 

 

(2) ADL passe allégrement d'est en ouest au cours du même tournoi...

Les enchères :

Sud Ouest Nord Est

2SA - 3SA Fin

ADL entama du 6 de pique que l'Apôtre des Tables de la Loi (ATL), en Sud, prit du valet le 10 d'Est, puis joua petit trèfle pour le roi du mort., et continua petit cœur pour l'as de sa main. Suivirent le roi et la dame de cœur, ATL voulant compter les mains et voir les défausses éventuelles.

Il faut porter au crédit de l'Apôtre dans la lune la remarquable concentration dont il avait fait preuve depuis la donne 5, mais c'est à ce moment précis qu'il entrevit quelques bonnes bouteilles qui seraient bues après le tournoi. Adieu la concentration bridgesque, seul comptait le choix du vin à déguster! Quand il reprit ses esprits, il regarda le mort et au vu de la longue à trèfle , conclut que c'était l'atout. Comme il n'avait plus de cœur, il coupa donc triomphalement la dame de cœur du déclarant de l'as de trèfle! Il commença à tirer une carte de son jeu pour attaquer la levée suivante quand on lui fit remarquer que le contrat était à SA et qu'il venait de défausser l'as de trèfle.

Le pauvre ADL en fut effondré et changea de couleur. D'une voix chevrotante il sollicita l'autorisation de reprendre son as, invoquant la perturbation apportée par la perspective de "La casa del buon Gesu". Nord (qui avait entrevu le jeu d'Est) était tout disposé à accéder à cette demande - par pur esprit chevaleresque bien entendu - mais ATL fut inflexible et dit qu' ADL devait payer pour ses erreurs...l'as de trèfle était bien défaussé et on n'allait pas revenir là dessus!

Et c'est ainsi que le contrat qui était en béton quelques instants avant devint infaisable : grâce à la défausse de l'as de trèfle, le valet de trèfle d'Est devint une rentrée, et un retour pique traversa la main du déclarant. Adieu 3 SA!

Bien entendu ADL se confondit encore en excuses auprès de son partenaire pour avoir privé son camp d'une levée!

Inutile de dire que ces deux donnes alimentèrent les conversations lors des agapes qui suivirent. L'Apôtre des Joyeuses Facéties (AJF) suggéra même que pour tenter de contrer la chance insolente d4ADL, le club organise une fois par mois un tournoi dans lequel les contrats demandés à l'atout seraient joués à Sans atout et vice versa! Cependant, le conseil d'administration - après avoir longuement débattu des avantages et inconvénients de cette formule - ne retint pas cette idée en faisant remarquer que le BC12A était un club sérieux où l'on jouait au bridge et non au mistigri!

Quittant le club en compagnie de l'Apôtre de la Grande Sagesse, ACC lui confia :

"C'est quand même insensé de voir toutes les bêtises d'ADL tourner à son avantage".

Ce à quoi AGS répondit :

"A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto" (3)

Décidemment, se dit ACC, les Romains n'avaient pas inventé le bridge, mais ils avaient trouvé une maxime qui lui allait bien...

(3) Prends garde au bœuf par devant, à l'âne par derrière, à l'insensé par tous les côtés

 

ANNEXE

La bonne humeur règne dans ce club dont certaines figures marquantes sont considérées, dans la conscience collective, comme faisant partie d'un "cercle apostolique" virtuel :

  • l'Apôtre dans la lune (ADL), plus connu pour son penchant à grignoter des friandises que pour son aptitude à rester concentré sur son jeu. D'ailleurs, ses amis bridgeurs disent qu'en défense il joue "Pair-Impair", entendant par là qu'il refile une levée à la couleur et deux à Sans Atout. Néanmoins, la bonne fée du bridge éprouve quelque tendresse pour lui

  • l'Apôtre Cartonneur Chevronné (ACC), vétéran du club et joueur expérimenté

  • l'Apôtre des Tables de la Loi (ATL) pour qui la stricte application du code doit prévaloir sur toute autre considération quelques soient les circonstances

  • l'Apôtre de la Grande Sagesse (AGS) qui a réglé bien des différents entre joueurs grâce à son habileté diplomatique

  • l'Apôtre des Joyeuses Facéties (AJF), toujours prompt à suggérer des initiatives pouvant égayer le club

  • l'Apôtre aux gros jeux (AGJ) connu pour son aptitude à attirer les points d'honneur. Il ouvre plus souvent à SA (1 ou 2) qu'il ne passe.

  • l'Apôtre aux petits jeux (APJ), exact contrepoint d'AGJ

  • et d'autre à venir...

 

 =================================================================================================================================================

2ème histoire de Jacques PLANTE     :  Deux FEMMES :

A l'approche de Noël , le Bridge Club des douze Apôtres (1) avait organisé un "Tournoi des extrêmes" associant des joueurs aussi dissemblables que possible. C'est ainsi que se formèrent les paires suivantes :
L'Apôtre dans la Lune (ADL) et l'Apôtre Cartonneur Chevronné (ACC) Les Apôtres Gros Jeux (AGJ) et Petits Jeux (APJ)
Lorsque AGJ et APJ arrivèrent à la table d'ACC et ADL pour la dernière position, les affaires de ces deux derniers étaient assez bonnes, mais ACC sentait bien qu'il fallait engranger un ou deux tops (on jouait trois donnes par position) s'il voulait avoir une chance de gagner le tournoi.
A la première donne , tous vulnérables , Sud donneur, ACC en Nord hérita de la main suivante :
P:7   C:A D 6 3    K: A D 5 4   T :A 4 3 2
Sud ouvrit de 4 P qu'Ouest contra. ACC réfléchit : il avait dûment donné ses instructions à ADL qui ne devait ouvrir, vulnérable, de 4 qu'avec une couleur liée 8ème et 7 à 8 levées de jeu. La manche était donc certaine et il surcontra car si jamais Est Ouest s'aventuraient au niveau de 5, il contrerait pour une chute monumentale.
En fait, tout le monde passa. Ouest, ravi, entama de l'as de pique et le mort s'étala.
C'est alors qu'ADL se dressa et proclama à la ronde : " J'ai deux femmes!"
Un silence sidéral (tel que même dans ses rêves les plus fous, l'arbitre n'oserait espérer obtenir) se fit dans la salle et les joueurs, stupéfaits, se demandaient :
 ADL, connu pour être un célibataire endurci, serait-il en réalité un homme à femmes?
 mais pourquoi avoue-t-il sa bigamie et pourquoi maintenant, en plein tournoi?
 et surtout qui pouvaient bien être ces deux femmes?
Un adhérent suggéra que si ces deux personnes étaient membres du club, il conviendrait probablement de saisir la Commission des Litiges.
Une adhérente annonça que dans ce cas elle quitterait un club où la débauche semblait être une activité parallèle. A l'inverse, un autre adhérent indiqua que certains de ses amis qui hésitaient encore à s'inscrire, pourraient bien enfin se décider.
Mais ADL , imperturbable, reprit : "J'ai deux femmes de coeur".
ACC, sentant son partenaire lui échapper, l'assura, qu'après le tournoi, il prêterait, au bar, une oreille attentive à ses problèmes sentimentaux, mais que pour l'instant celui-ci devait se concentrer sur l'exécution du contrat demandé.
Ce à quoi ADL répondit : " Vous n'y êtes pas, il y a une dame de coeur au mort et j'en ai une dans ma main!". Du coup, exit l'imbroglio érotico-sentimental d'ADL, mais la gravité de la situation monta d'un cran dans l'esprit des trois autres joueurs de sa table et l'arbitre fut appelé.
Après un rapide coup d'oeil aux quatre jeux, l'arbitre demanda à ADL où il avait pris son jeu. ADL désigna les trois étuis empilés sur la table et il apparut qu'il n'avait pas pris son jeu dans l'étui de la donne en cours. L'arbitre le pria donc de remettre ses cartes à l'endroit où il les avait prises, et de prendre les cartes qui lui revenaient dans le bon étui. Et l'arbitre ajouta : "Jouez maintenant!"
ADL dit : "J'ouvre donc de...", mais l'arbitre le foudroya d'un regard signifiant qu'il ferait mieux de la fermer plutôt que de penser à l'ouvrir et dit que les enchères étaient terminées , le contrat était quatre piques
Jacques Planté . Décembre 2018
surcontrés ,sur entame de l'as de pique. ADL se lamenta qu'il ne pouvait décemment pas jouer un contrat aussi débile. Mais l'arbitre, inflexible, répondit que ça lui servirait de leçon pour une autre fois.
Tout le monde fournit sur l'as de pique et Ouest poursuivit de la dame de trèfle, car , à ses yeux, même si cela s'avérait ne pas être le meilleur retour, la chute allait de toute façon être sévère.
ADL, effondré et n'osant regarder son partenaire, laissa venir la dame de trèfle qu'il prit du roi. Ensuite, parce qu'il fallait bien jouer quelque-chose, il tenta et réussit l'impasse à carreau, puis tira l'as de carreau et coupa un carreau. Se rappelant alors de la conte-entame, il joua le 10 de trèfle couvert du valet et pris de l'as, puis petit trèfle pour son 9. C'était sûrement trop beau pour durer et, s'attendant au pire à tout instant, il fit l'impasse à coeur, encaissa l'as de coeur, puis joua ensuite le quatrième carreau coupé par Est et surcoupé du 8 de pique. Dans son esprit, la pêche miraculeuse de neuf levées qu'il venait de faire était terminée et il fit une moue indiquant qu'il abandonnait le coup en jouant son petit coeur, mais, curieusement dans son esprit, Ouest coupa du 10 de pique et fut obligé de livrer la dame de pique (le dixième pli) au déclarant(2) . La manche était faite!
ADL n'en revenait pas. ACC le complimenta pour son aptitude à demander un contrat avec une main et à le réaliser avec une autre, ce qui eut le don d'énerver AGJ qui massacra les deux donnes suivantes...
Plus tard, au bar, alors qu'ACC et ADL célébraient leur victoire, les plaisanteries sur l'apôtre dans la lune "homme à femmes" allaient bon train. Mais, l'alcool aidant, ce fut la suggestion d'AJF qui retint le plus l'attention quand il déclara :
" Le club devrait organiser chaque fin d'année un "Tournoi de la Lune" où les joueurs enchériraient à partir des jeux d'un étui, mais joueraient le contrat obtenu avec les jeux de l'étui suivant".
Et mi-figue, mi-raisin, il ajouta à voix basse : "D'ailleurs, pour certains, ça ne changerait pas grand chose..."
(1) Voir Annexe
(2) Un peu de technique : rejouer le coup, carte par carte et trouver pourquoi il est essentiel d'encaisser le 3ème trèfle avant de couper le 4ème carreau
Note : Pareille mésaventure m'est arrivée il y a une bonne trentaine d'années dans un tournoi à Vaucresson. Pressé par un changement de position trop long, j'ai pris les cartes dans un mauvais étui. La décision de l'arbitre fut la même que celle du présent conte et je jouai un contrat fort original. Je n'ai aucun souvenir des mains (sauf qu'il n'y avait pas de bigamie!) mais j'ai réussi le contrat grâce à l'aide des adversaires qui n'avaient aucune idée de ce pouvait être ma main! Comme quoi entre se bien décrire au partenaire et cacher sa main aux adversaires, ce n'est pas tout blanc d'un côté et tout noir de l'autre... Seule l'expérience peut vous guider en ce domaine, demandez conseil à ADL!
Jacques Planté . Décembre 2018
Les quatre jeux pendant les enchères:
                                                                          N   ACC
                                                                          ♠ 9
                                                                          ♥ AD63
                                                                          ♦ AD54
                                                                          ♣ A432
                                 O  AGJ                                                                E  APJ
                                 ♠ A R V10                                                            ♠  763
                                 ♥ RV                                                                    ♥  10874
                                 ♦ R V109                                                             ♦  862
                                 ♣ DV8                                                                 ♣  652
 
                                                                         S   ADL
                                                                         ♠ R D V 10 8 7 4 3
                                                                         ♥ D2
                                                                         ♦ 7 3
                                                                         ♣ 8
 
Les 4 jeux pendant le jeu de la carte :
                                                                         N ACC
                                                                         ♠ 9
                                                                         ♥ AD63
                                                                         ♦ AD54
                                                                         ♠ A432
                                  O  AGJ                                                               E APJ
                                  ♦  ARV10                                                            ♠ 763
                                  ♥  RV                                                                  ♥ 10874
                                  ♦  RV109                                                            ♦  862
                                  ♣  DV8                                                               ♣  652
                                                                        S ADL
                                                                       ♠  D 8 5 4 2
                                                                       ♥  952
                                                                       ♦  73
                                                                       ♣  R109

 

Jacques Planté . Décembre 2018
ANNEXE
La bonne humeur règne dans le Club des douze Apôtres (BC12A) dont certaines figures marquantes sont considérées, dans la conscience collective, comme faisant partie d'un "Cercle Apostolique" virtuel :
l'Apôtre dans la lune (ADL), plus connu pour son penchant à grignoter des friandises que pour son aptitude à rester concentré sur son jeu. D'ailleurs, ses amis bridgeurs disent qu'en défense il joue "Pair-Impair", entendant par là qu'il refile une levée à la couleur et deux à Sans Atout. Néanmoins, la bonne fée du bridge éprouve quelque tendresse pour lui
l'Apôtre Cartonneur Chevronné (ACC), vétéran du club et joueur expérimenté
l'Apôtre des Tables de la Loi (ATL) pour qui la stricte application du code doit prévaloir sur toute autre considération quelles que soient les circonstances
l'Apôtre de la Grande Sagesse (AGS) qui a réglé bien des différends entre joueurs grâce à son habileté diplomatique
l'Apôtre des Joyeuses Facéties (AJF), toujours prompt à suggérer des initiatives pouvant égayer le club
l'Apôtre aux Gros Jeux (AGJ) connu pour son aptitude à attirer les points d'honneur. Il ouvre plus souvent à SA (1 ou 2) qu'il ne passe.
l'Apôtre aux Petits Jeux (APJ), exact contrepoint d'AGJ
et d'autres à venir...

 

=============================================================================================================================================== 

1ère histoire de Jacques PLANTE :          LE MIRACLE DES CARAMELS

 

C'était journée porte ouverte au Bridge Club des 12 Apôtres (BC12A).
Les bridgeurs des clubs voisins avaient été conviés à venir faire un tournoi amical, chacun étant associé par tirage au sort à un membre du club invitant.
La bonne humeur régnait dans ce club dont certaines figures marquantes étaient considérées, dans la conscience collective, comme faisant partie d'un "cercle apostolique" virtuel dont les deux héros de cette histoire faisaient partie :
L'Apôtre dans la lune (ADL), plus connu pour son penchant à grignoter des friandises que pour son aptitude à rester concentré sur son jeu. D'ailleurs les membres du club qui étaient également golfeurs lui avaient attribué un "PAR 2", entendant par là, qu'en défense, il refilait - en moyenne - deux levées par donne au déclarant. Néanmoins, la bonne fée du bridge éprouvait quelque tendresse pour lui.
L'Apôtre Cartonneur Chevronné (ACC), vétéran du club et joueur expérimenté.
ADL et son invité étaient en Est-Ouest, tandis que ACC et son invité siégeaient en Nord-Sud.
 
Lorsqu'ils se rencontrèrent, Nord-Sud reçurent les jeux suivants (Nord donneur, Personne vulnérable):
 
    Nord (Invité 1)                     Sud (ACC)                                Enchères :  N        E      S     O  
 
    P 5432                                P  AV1098                                                    -          -     2K     -
    C D52                                 C  A4                                                            2SA     -     3P     -
    K -                                      K  ADV62                                                      4P       -     6P
    T RDV1053                        T  A                                                               
 
Nord et Est passèrent , ACC ouvrit en Sud de 2 carreaux (avec ce bicolore, 1 pique aurait eu ses mérites, mais si l'on veut impressionner les adversaires...) et sur la réponse de Nord à 2 SA, il poursuivit par 3 piques, Nord le soutenant à 4 piques. A ce stade, ACC disposait de l'enchère de 5 piques à la signification bivalente : j'ai une couleur d'atout pleine mais pas de contrôle extérieur, ou , j'ai tous les contrôles mais un problème de qualité à l'atout, la seconde interprétation étant évidemment la bonne compte tenu de l'ouverture de 2 carreaux. Mais sait-on jamais ce que va comprendre un partenaire - occasionnel de surcroit - et ACC, confiant en sa technique du jeu de la carte et sachant contre qui il jouait, conclut directement à 6 piques.
 
ADL en Ouest entama du 10 de coeur et le mort apparut aux yeux de tous. Le chelem n'était pas fameux, mais nullement désespéré. Sud mit la dame du mort (sait-on jamais) mais celle-ci fut couverte du roi, pris de l'as.
 
ACC avait deux problèmes : se débarrasser de sa perdante à coeur et choisir comment manier les atouts.
Il pouvait faire deux fois l'impasse à pique, ce qui donnait : encaisser l'as de trèfle, couper un carreau, défausser le 4 de coeur sur le roi de trèfle et faire une première fois l'impasse à pique. Ensuite prendre le retour de l'adversaire, couper à nouveau un carreau et recommencer l'impasse pique. Mais alors les atouts du mort seraient épuisés et la longue à trèfle inexploitable. Pour autant, les carreaux seraient-ils affranchis? Pour cela, il fallait que le roi soit second ou troisième. Une variante étant de tenter l'expasse à carreau contre Ouest au deuxième tour en présentant la dame, mais là il faudrait que le roi soit en Ouest et au plus quatrième... pas très fameux.
ACC opta donc pour un autre plan: tirer l'as de pique en tête et si deux petits piques apparaissaient , continuer pique en espérant marier roi et dames adverses (après bien sûr avoir débloqué l'as de trèfle, coupé un carreau et effacé la perdante coeur sur le roi de trèfle). De cette façon, l'exploitation des trèfles du mort était possible. De plus un honneur pouvait tomber sur l'as de pique : Certes s'il venait d'Est, il faudrait choisir entre roi et dame de pique en Est et à nouveau jouer atout après l'effacement de la perdante à coeur) ou un honneur 3ème en Ouest (nettement plus probable suivant la théorie du moindre choix) mais on retombait sur le problème de l'affranchissement des carreaux.
Mais ce qui arriva combla d'aise ACC car, à la seconde levée, l'as de pique captura la dame d'ADL en Ouest (Est fournissant le 6) et maintenant le chelem était dans la poche, que la dame soit sèche ou accompagnée du roi. Il suffisait de débloquer l'as de trèfle, couper un carreau, et défiler les trèfles en défaussant en premier le coeur perdant. Si la dame était sèche en Ouest, A CC contrôlait la coupe d'Est (en surcoupant s'il coupait du 7, avant de jouer atout pour faire tomber le roi et de remonter au mort en coupant carreau et défiler les trèfles). Et si le roi de pique était en Ouest, celui-ci couperait avec son argent.
Il serait inexact de dire que ADL était resté inactif pendant tout ce temps. Certes les mains où il n'avait pas au moins 20 points H ne l'intéressaient guère, ce qui lui donnait rarement l'occasion d'affuter des défenses mortelles. Mais son esprit était concentré sur les délicieux caramels mous que le club lui avait offerts pour son anniversaire et qu'il mâchonnait avec grand plaisir en puisant dans une boîte posée sur ses genoux. Et c'est en prenant un nouveau caramel qu'il s'aperçut avec horreur qu'une carte de son jeu était restée collée à la boîte. Il la prit et la réintégra discrètement à son jeu en se disant qu'il lui faudrait s'en débarrasser au plus vite. Pourvu que je n'aie pas fait de renonce se disait-il. Voyons, où en était le déclarant? Il était en train de défiler des trèfles et ADL n'en avait plus. ADL n'était d'ailleurs plus certain de la nature du contrat : peut-être à SA puisque c'est souvent ce que demandent les joueurs avec une longue mineure, à moins que ce ne soit à l'atout trèfle , le déclarant purgeant les atouts adverses. Dieu merci la carte "caramélisée" était une petite carte et noire par surcroit, il pouvait donc s'en défaire sans que personne n'y prête attention.
Le moins que l'on puisse dire est que le voeux d'ADL ne fut pas exaucé, car la coupe de la dame de trèfle par le 7 de pique (caramélisé) fit le même effet qu'un gigantesque coup de tonnerre dans un ciel clair. Et bien sûr le contrat chuta car la défense réalisa aussi le roi de pique! La stupéfaction était générale : comment ADL - avec dame et petit pique dans sa main - avait-il pu jeter la dame sur l'as du déclarant, créant ainsi un piège mortel à l'encontre de ACC? Pressé de questions, ADL avoua qu'il avait joué le début du coup avec seulement douze cartes.
L'arbitre, appelé par ACC, :
1. refusa le caramel offert par ADL, craignant que ce geste ne s'apparente à une tentative de corruption.
2. expliqua que si le Code du Bridge traitait abondamment de la question de cartes pénalisées, il passait complètement sous silence le concept de carte caramélisée.
3. conclut que le jeu d' ADL était parfaitement légal. Deux levées pour la défense et chute du chelem.
Pendant qu' ACC dépliait la feuille ambulante pour inscrire le score (un top pour Est-Ouest), ADL se confondit en excuses auprès de son partenaire : " Partenaire, si je n'avais pas étourdiment jeté ma dame sur l'as de pique, je suis sûr que nous aurions fait chuter le contrat de deux levées".
ACC leva les yeux au ciel en maugréant : " Ce maudit Apôtre dans la lune n'est jamais aussi dangereux que lorsqu'il ne sait pas ce qu'il fait."
Plus tard, au cocktail qui suivit le tournoi, les plaisanteries allaient bon train sur les caramels miraculeux d'ADL.
Mais le mot de la fin revint à l'Apôtre de la Grande Sagesse (AGS) qui, ayant assisté à la scène, déclara:
" Le chelem était sur table avec la ligne de jeu prise par le déclarant. Seules deux personnes pouvaient le faire chuter : Dieu qui voit toutes les cartes et le l'Apôtre dans la lune qui n'en voit aucune".
Les quatre jeux :
Jacques Planté novembre 2018
Invité 1
 
Les 4 jeux :
                                                                                         Nord (Invité 1)
                                                                                         P  5432
                                                                                         C  D52
                                                                                         K  -
                                                                                         T  RDV1053
                                           Ouest  (ADL)                                                                         Est (Invité 2)
                                          P  D7                                                                                      P R6
                                          C  10983                                                                                R RV76
                                          K   R10543                                                                            K  987
                                          T  92                                                         
 
                                                                                         Sud (ACC)
                                                                                          P  A V 10 9 8
                                                                                          C A4
                                                                                          K ADV62
                                                                                         T  A
 
 
 

Nous trouver

Bus : 29 (Mairie du 12ème)
46 (Montgallet)

Métro :  1 (Reuilly Diderot)
6 ( Dugommier) - 8 (Montagallet)

CB12-24 rue Antoine Henard-75012 Paris

Association Le Chantier / BC 12

24 rue Antoine Julien Hénard 75012 Paris

Comité de Paris

 

Fédération Française de Bridge

En partenariat avec

BC12- FUNBRIDGE
 

CB12- Le Chantier

Envoyez vos idées aux administrateurs :